visa au pérou

La Loi sur l’immigration: Les différents types de Visa au Pérou

Par Agathe Clavairoly : Article invité pour Biz Latin Hub

Les démarches pour obtenir un visa pour pouvoir séjourner dans un nouveau pays peuvent être parfois déroutantes. Par conséquent, les expatries sont fortement encouragés à demander conseil à un avocat professionnel en immigration. Ci-dessous, nous apportons un guide simple et clair des différents types de visa avec les concepts clés que chaque expatrié devrait connaitre avant de venir s’installer au Pérou.

 

Visa d’affaires. Il s’agit d’un visa d’entrée simple pour une durée de 90 jours et qui est délivré par l’Ambassade du Pérou de votre pays. La procédure pour obtenir ce type de visa dure 4 jours, mais les expatriés peuvent payer un prix plus élevé et obtenir leur visa d’affaire en seulement un jour. Hormis les frais de dossier, les demandeurs sont tenus de soumettre les documents suivants :

  • 2 photographies type passeport
  • 1 photocopie du contrat
  • Un passeport valide
  • Un relevé bancaire récent
  • Lettres de recommandation
  • Réservation du billet d’avion aller-retour

 

Visa de travail. Ce visa est également connu sous le nom de carte d’identité de résident étranger et est délivre aux expatries avec le contrat de travail au Pérou. Le contrat de travail doit être de minimum 1 an et donner le droit de travailler au Pérou comme son nom l’indique. Les visas de travail sont délivrés par la Direction Générale de l’immigration et de naturalisation (désigné par son sigle espagnol DIGEMIN) et les expatries peuvent en faire la demande seulement une fois qu’ils sont dans le pays avec soit un visa touriste ou un visa de travail. Les demandeurs sont tenus de soumettre les documents suivants :

 

  • Preuve des frais de traitement
  • Une photocopie de passeport
  • Contrat de travail signe par l’entreprise et authentifie par un notaire public ou par la DIGEMIN

 

Visa d’immigrant. Les expatriés peuvent demander un visa d’immigrant après avoir obtenu une carte d’identité de résident étranger pendant 2 ans et ne pas avoir passé plus de 3 mois consécutifs ou 6 mois intermittent en dehors du Pérou. Ce visa qui n’a pas de date d’expiration peut être délivré par l’Ambassade du Pérou du pays de votre pays ou la DIGEMIN et nécessite 8 mois pour que la demande soit traitée. Les demandeurs sont tenus de fournir les documents suivants traduits en espagnol par un traducteur agrée :

  • Une photocopie de passeport
  • Une photocopie de la carte d’identité de résident étranger
  • Un certificat des entrées et sorties du pays
  • Une vérification policière des antécédents
  • Déclaration de revenus la plus récente

Visa d’investisseur. Ce visa est fait pour vous si vous avez décidé d’investir 30 000 dollars dans une entreprise péruvienne déjà existante,  ou dans la création de votre entreprise. Un visa d’investisseur est valable 1 an mais NE donne PAS le droit de travailler au Pérou. Il sera nécessaire de présenter un plan d’affaires de l’entreprise pour laquelle vous investissez et cette entreprise devra employer 5 personnes recrutées localement pendant la première année d’exploitation de votre entreprise. Les demandeurs sont tenus de fournir les documents suivants traduits en espagnol par un traducteur agree:

  • Une photocopie de passeport
  • Une demande de Visa de non immigrant en ligne
  • Photo

 

Visa professionnel indépendant. Si vous avez une profession et êtes membre d’un corps professionnel, vous pouvez songer à obtenir ce titre professionnel au Pérou afin de travailler comme professionnel indépendant (freelancer). Cela vous donne le droit de travailler au Pérou en tant qu’indépendant, mais ne donne pas droit à être employé et avoir un contrat de travail. Selon la profession exercée, ce visa peut être difficile à obtenir à cause des évaluations qui doivent être exécutées. Les demandeurs sont tenus de fournir les documents suivants traduits en espagnol par un traducteur agrée:

  • Vérification policière des antécédents
  • Preuve des frais de traitements

 

Visa de retraite. Les visas de retraite sont délivrés aux expatries pouvant justifier d’un revenu mensuel minimum de 1 000 dollars en provenance de l’extérieur du Pérou. Ce visa permanent permet aux expatries de vivre au Pérou sans travailler et d’obtenir certains avantages comme de ne pas payer  l’impôt étranger et pouvoir importer des biens personnels (excepter les voitures) exemptes d’impôts. Ce visa est valable 1 an, mais ne donne pas droit à travailler au Pérou. De même, les expatriés peuvent demander la citoyenneté après 2 ans d’obtention du visa de retraite. Les demandeurs sont tenus de fournir les documents suivants traduits en espagnol par un traducteur agrée:

  • Une photocopie de passeport
  • Retraite ou carte de sécurité sociale notariée par le pays d’origine et légalisée par un Consulat péruvien
  • Vérification policière des antécédents

 

A quelles aides avez-vous droit ?
Biz Latin Hub est prêt à répondre à vos doutes lies à l’expatriation et à vous aider à obtenir le visa péruvien qui vous correspond grâce à notre groupe d’experts en droit de l’immigration. Si vous souhaitez davantage de renseignements, n’hésitez pas à contacter Craig à l’adresse craig@bizlatinhub.com

promenade velo malecon de Miraflores à Lima

Expatriation au Pérou: comment la préparer?

Préparer son expatriation au Pérou

Afin de rédiger ce mini-guide pour celles et celles et ceux qui envisagent l’expatriation au Pérou je me suis inspiré des sites de la Maison des Français à l’Etranger (MFE)  www.mfe.org, de sources consulaires et de mon expérience.

Dernière mise à jour janvier 2016

 Vie pratique post-expatriation

 Entrée et séjour

 Passeport, visa, permis de travail

Pour toute information relative aux conditions de séjour au Pérou et votre expatriation, il est vivement conseillé de prendre l’attache du consulat du Pérou à Paris, ou de consulter la rubrique « Conseils aux voyageurs » sur le site Internet du ministère des Affaires étrangères: http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs_909/pays_12191/perou_12345/index.html

Séjour de plus de 6 mois avec installation

Si vous envisagez de rester plus de 6 mois dans le cadre de votre expatriation, il convient de déposer une demande de visa de long séjour auprès de l’Ambassade du Pérou en France.
Attention ! Il n’est plus possible de prolonger votre séjour auprès de la Direction des Migrations (prolongación avenida España 734, Breña, Lima). En revanche, si votre situation change en cours de séjour, vous pouvez désormais modifier le type de visa sans ressortir du Pérou.
Les visiteurs qui souhaitent exercer une activité professionnelle de longue durée doivent être en possession d’un visa de résident qui leur donne le droit de séjourner sur le territoire pendant un an (renouvelable). Les salariés et indépendants (investisseurs et professionnels) bénéficient de ce type de visa, qu’ils doivent demander à la DIGEMIN. Dans les 30 jours après l’obtention, le titulaire doit demander son inscription au registre central des étrangers et faire les démarches pour obtenir un carne de extranjeria auprès de la DIGEMIN. Au bout de deux ans, il peut se transformer en visa d’immigrant.
Pour en savoir plus sur l’obtention des différents types de visas pour se rendre au Pérou:

http://www.consuladoperuparis.org/services/visas.html
http://www.digemin.gob.pe/ (direction de l’immigration)

Venir sans visa?

Pour un séjour touristique inférieur ou égal à six mois, le passeport en cours de validité suffit. Il n’est pas nécessaire de demander un visa auprès du consulat péruvien. A la frontière péruvienne, Migraciones vous accordera un visa allant de 1 à 6 mois. Le visa maximum est de 183 jours. (n’hésitez pas à insister pour avoir 6 mois).
Attention : ces visas ne sont plus renouvelables.
Vous pouvez faire votre expatriation en arrivant en touriste et chercher du travail sur place mais dans ce cas il vous faudra changer de qualité migratoire pour pouvoir travailler et commencer votre véritable expatriation.

Ambassade et consulat de France

Dès votre arrivée au Pérou, il est vivement recommandé d’accomplir certaines formalités auprès du consulat pour faciliter votre expatriation, notamment l’inscription au registre des Français établis hors de France. Même si cette démarche n’est pas obligatoire lors de votre expatriation, elle est essentielle pour assurer efficacement votre protection consulaire en cas de difficulté ou de péril grave. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter la thématique  » démarches administratives  » sur le site de la Maison des Français de l’Etranger.

Coût de la vie

Monnaie et change : L’unité monétaire est le sol.
Vous pouvez retrouver le taux en temps réel sur Euro VS soles
Le dollar américain est souvent privilégié pour les paiements importants  (paiement du loyer, achat de voiture…) alors que pour la vie de tous les jours c’est le nuevo sol.

Opérations bancaires

La monnaie nationale est librement convertible. Il n’existe aucun problème de transfert. A chaque sortie du pays il est nécessaire de présenter une attestation de l’employeur certifiant que l’on est en règle avec l’administration.
Il n’existe pas de banques françaises mais de nombreuses banques étrangères (espagnoles surtout) sont présentes. L’argent liquide (petites coupures pour la vie courante) et la carte bancaire sont les moyens de paiement les plus utilisés.

Note : renseignez-vous auprès de votre banque sur les éventuels accords avec des banques présentes au Pérou. Par exemple il existe un accord entre BNP Paribas et Scotiabank permettant de retirer au distributeur sans frais (sous conditions et attention non valable pour un retrait au guichet!), bref demandez à votre banque !

Budget

Le candidat à l’expatriation devra se garder de chercher à apprécier sa situation en convertissant tous les chiffres en euros, ou en tentant de déterminer le pouvoir d’achat en France du montant obtenu. Cette appréciation doit se faire avant tout sur le montant des dépenses dans le pays d’expatriation, qu’elles soient exprimées en monnaie locale ou en euros..

 

Volontairement je ne vais pas tenir en compte cette fois des chiffres de l’ambassade de France qui me semblent beaucoup trop élevés. Donner un budget au Pérou est difficile car entre Lima et la province et même dans Lima en fonction du mode de vie, du quartier choisi pour vivre et du nombre d’enfants cela peut varier de 1 à 10.

Je vais donc prendre 3 exemples avec des chiffres pour Lima qui n’engagent que moi mais qui me semblent proches de la réalité pour un couple avec un enfant (3 personnes)

1/ Profil aisé: Appartement 2 pièces à Miraflores, San Isidro, certaines zones de La Molina :compter environ 700-1100€ par mois / école au Franco Péruvien environ 500€ par mois et 3000€ d’inscription (si non boursier). En rajoutant le reste (nourriture, sorties, mutuelles, déplacement taxi ou voiture…) je pense qu’il faut partir sur un budget d’environ 3000-4000€ pour être à l’aise (mais pas non plus dans la classe très aisée). A noter que certaines écoles sont à des tarifs supérieurs aux écoles de commerce en France… quel que soit le grade de l’élève.

2/ Profil classe moyenne : Logement à Surco, Jesus Maria, Lince, Pueblo Libre: environ 300-400€ / école moyenne type Pamer/ Trilce environ 200€ par mois / buget total environ 2000€

3/ Profil populaire (mais qui reste « vivable »): on peut s’en sortir avec environ 1000€ pour 3 personnes.

Bien sûr après de nombreuses familles (souvent nombreuses) survivent avec environ 400-500€ (voir moins) mais pour ce budget ne comptez pas vivre à l’aise sur Lima… et je ne parle pas des cas extrêmes. (2€ par jour pour vivre…)

Ce qu’il faut retenir: il est relativement facile de vivre avec un petit salaire « à la péruvienne » si vous êtes célibataire sans enfants, mais un enfant est un gros poste de dépense pour tout: lait, école… et ici pas d’aide ni sociale, ni fiscale (oubliez la CAF et les parts sur la déclaration).

Logement: où se loger après votre expatriation?

Selon la MFE les quartiers résidentiels se situent soit dans les quartiers d’affaires de Miraflores (bord de mer) et San Isidro, soit dans les banlieues résidentielles de Surco, Chacarilla, La Molina, Monterrico (de 10 à 30 minutes de trajet). Le centre de Lima et plusieurs quartiers de banlieue sont dangereux.

note : moi même et plusieurs de mes amis vivent ou ont vécus dans des quartiers considérés comme « non destinés aux expatriés », nous nous rendons compte que même si certains quartiers sont effectivement dangereux, ils existent de nombreuses alternatives beaucoup plus abordables que les quartiers cités ci-dessus et plutôt sûr. Par exemple Lince et j’ai aussi un ami à San Martin de Porres, en plusieurs années nous n’avons connu aucun problème. A noter qu’il n’existe pas ou peu de violence « gratuite » au Pérou, les agressions sont majoritairement des vols et pour cela les voleurs appelés « ladrones » vont d’ailleurs surtout dans les quartiers aisés comme Miraflores. Après bien sûr ne vous étonnez pas si vous avez des problèmes en sortant à la vue de tous un iphone ou un mac book air dans un bus, un peu de bon sens…

Pour votre recherche de logement aussi bien pour louer que pour acheter n’hésitez d’ailleurs pas à me contacter, j’ai des contacts dans l’immobilier.

Budget alimentaire

Si vous décidez de vivre votre expatriation « à la péruvienne » vous allez pouvoir vivre pour beaucoup moins qu’en France (notamment pour les fruits et légumes, le poulet…), par contre les produits importés sont  très chers (yaourt, fromage, certains vins…). C’est d’ailleurs pour ça qu’avec un de mes nous importons du vin français à bon prix… si vous êtes intéressé contactez moi.

Ajoutons qu’au Pérou on mange bien et qu’il y a très peu de plats surgelés. Il est facile et pas cher de manger à l’extérieur et la différence de prix entre les grandes surfaces et l’épicerie de quartier est souvent minime.

Permis de conduire en cas d’expatriation au Pérou

Le permis de conduire français est valable seulement pendant 3 mois à compter de votre date d’entrée sur le territoire péruvien. Le permis de conduire international est valable 6 mois.

Pour les français résidents au Pérou, le permis français n’est pas reconnu. Il est conseillé de se faire délivrer un permis péruvien par les autorités locales. Pour en savoir plus : Site du Ministère des transports péruvien :http://www.mtc.gob.pe/portal/inicio.html

Il existe apparemment des possibilités pour faire valider son permis mais qui sont assez compliquées et chères, il est souvent plus simple de repasser le permis, cela ne coûte pas très cher (compter environ 200€).

Marché du travail

Quartier de San Isidro pour une expatriation au pérou à l'européenne

Le centre d’affaires de San Isidro

Contexte à connaître pour votre expatriation au Pérou

Le Pérou bénéficie de richesses naturelles en abondance. De ce fait, les secteurs de la pêche, l’agriculture maraîchère tournée vers l’exportation et la culture à contre saison, l’extraction de minerais (zinc, or, cuivre, plomb) ainsi que d’hydrocarbures sont des secteurs développés nécessitant de la main d’oeuvre qualifiée.

L’industrie reste relativement peu développée. Le secteur du tourisme propose de nombreuses possibilités (sites naturels et archéologiques précolombiens, tourisme d’aventure en forêt amazonienne ou dans les Andes, tourisme balnéaire sur la côte). Des possibilités existent aussi dans le secteur des infrastructures (assainissement des eaux, transport, énergie).
En 2016, le salaire minimum était de 937.50 soles par mois (environ 250 euros), Le salaire n’augmente pas avec l’ancienneté. Le versement du salaire se fait par virement ou en liquide.

La durée légale du travail

La durée légale hebdomadaire de travail est de 48 heures. Les heures supplémentaires donnent droit à un paiement additionnel de 25% par heure pour les deux premières et de 35% au delà L’employé et l’employeur peuvent également les compenser par un système de repos.

note : on ne va pas rentrer dans les détails du contrat de travail mais dans l’immense majorité des cas un travail peu qualifié au Pérou ne vous offrira pas une rémunération suffisante pour en vivre correctement et il vous sera impossible de choisir une zone dite aisée voir moyenne. De plus au Pérou aucun organisme ne vous aidera pour votre logement ou vos frais de santé (Il n’existe pas de convention de sécurité sociale entre la France et le Pérou)

Ce que recherchent les recruteurs

Il est impératif de parler espagnol, même si l’on travaille dans une entreprise étrangère. Parler une autre langue (anglais) est utile, cela dépend naturellement du secteur dans lequel le Français entend travailler. Mais l’anglais ne remplacera pas l’espagnol.
Si vous avez la chance de bénéficier d’un contrat d’expatrié au Pérou vous vivrez très bien et serez correctement protégé, pour tous les autres salariés il vous faudra offrir à votre futur employeur un savoir-faire particulier et pointu pour obtenir un poste bien payé.

Pour chercher du travail rien ne vaut le réseau au Pérou, sinon vous pouvez regarder sur des sites comme www.computrabajo.com.pe ou bumeran.com.pe

Impôts

Au Pérou, la Surintendance Nationale d’Administration fiscale (SUNAT) est l’autorité compétente dans le domaine fiscal ainsi qu’en matière douanière.
Les principaux impôts péruviens sont : l’Impôt sur le Revenu (IR), l’Impôt Général sur les Ventes (IGV), l’Impôt Sélectif à la Consommation (ISC), l’Impôt sur les transactions financières (ITF), l’Impôt temporaire sur les actifs nets (ITAN).

L’Unité d’Imposition Fiscale (UIT) est un montant de référence créé pour maintenir en valeur constante les seuils d’imposition, d’exonération, d’éligibilité ainsi que les amendes.
La pression fiscale est beaucoup moins forte qu’en France, en partie car les bénéfices sociaux pour tous sont quasi inexistants , clairement le Pérou est un pays favorable aux entrepreneurs… mais les arnaques sont fréquentes alors mieux vaut avoir une personne de confiance sur place.

Conclusion : il est selon moi indispensable de venir une ou plusieurs fois au Pérou afin de voir si ce pays vous correspond dans votre choix d’expatriation. Le Pérou peut être un pays très agréable si vous venez avec de l’argent de côté ou en tant que retraité mais pour y travailler et y vivre il faudra avoir un bon emploi. Le Pérou est un pays de battants, vivre au Pérou c’est souvent accepter une vie en « montagnes russes », un peu dans le modèle du « self-made man » nord-américain.

ps: les lois évoluent rapidement et je peux me tromper, je ne saurais être tenu responsable en cas d’erreur, je vous conseille de vous renseigner auprès des autorités compétentes. Pour toute question supplémentaire sur votre future expatriation au Pérou n’hésitez pas à laisser un commentaire!

Convaincu par l’expatriation au Pérou? Je vous conseille de lire cette étude rapide sur le facteur culturel au Pérou.